L’enseignement agricole présente la particularité de dépendre du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, et non pas de celui de l’Éducation nationale. Il représente, par le nombre d’élèves, d’apprentis, d’étudiants et de stagiaires en formation continue, la deuxième communauté éducative en France. Par concours ou par détachement, le ministère en charge de l’Agriculture recrute chaque année des personnels enseignants et non-enseignants. Visite guidée de cette filière peu connue, où l’interdisciplinarité, l’éducation à la citoyenneté, les modalités d’évaluation sont des thèmes d’innovation largement diffusés.

L’enseignement agricole : un système complet

L’enseignement agricole public relève du ministère en charge de l’Agriculture depuis la création de celui-ci en 1881. Il représente, par le nombre d’élèves, d’apprentis, d’étudiants et de stagiaires en formation continue, la deuxième communauté éducative en France.

À la rentrée 2021, près de 216 500 jeunes sont inscrits dans les filières générales, technologiques, professionnelles et supérieures de l’enseignement agricole. Ils y suivent des parcours de formation variés, de la classe de 4e jusqu’aux diplômes d’ingénieur et au doctorat, en passant par les CAP, BEP, bac, BTS et licences professionnelles.

Tous les diplômes de l’enseignement agricole peuvent être préparés par voie scolaire, par apprentissage, en formation continue, à distance ainsi que par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Travailler dans l’enseignement agricole public : recrutement

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation recrute chaque année des personnels enseignants par concours externes, internes et 3e voie, comme le ministère de l’Éducation nationale.

Ainsi, le CAPESA (CAPES agricole) permet par exemple d’enseigner les mathématiques ou de devenir professeur-documentaliste, le CAPETA (CAPET agricole) existe dans les spécialités « Sciences et techniques agronomiques », « Sciences et techniques de la vigne et du vin » ou « Sciences et technologies des agroéquipements et des équipements des aménagements hydrauliques », tandis que le CAPLPA (CAPLP agricole) propose les spécialités « Lettres-histoire », « Sciences et techniques des agroéquipements » ou encore « Enseignement Maritime – mécanique navale ». Un concours de recrutement des CPE est également organisé régulièrement.

Environ 200 postes sont offerts à ces concours chaque année (183 en 2021).

Aussi, différents postes sont proposés chaque année par voie de détachement à des enseignants exerçant dans des établissements dépendant de l’Éducation nationale. Pour en savoir plus : http://www.education.gouv.fr/cid58092/mobilite-enseigner-dans-unetablissement-agricole-ou-militaire.html

Quelles sont les conditions d’accès aux concours ?

Les conditions de diplôme pour s’inscrire aux concours externes changent à partir de la session 2022. Les textes officiels ne sont pas encore parus, mais elles devraient suivre en partie la réforme qui s’applique pour les concours de recrutement des enseignants de l’Éducation nationale.

Ainsi, on distinguera désormais les voies A et B. Les concours de la voie A, qui concerneront principalement les disciplines d’enseignement général (langues vivantes, mathématiques, etc.) nécessiteront d’être inscrit en M2 (MEEF ou autre) ou d’être déjà titulaire de ce diplôme.

L’année suivant la réussite du concours et la validation du master, les lauréats deviendront fonctionnaires stagiaires en établissement tout en suivant un plan personnalisé de formation à l’ENSFEA (École Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole) en fonction de leur profil.

Quant aux concours de la voie B, spécifiques aux disciplines de l’enseignement agricole, ils recruteront au niveau bac + 3. Une fois le concours obtenu et la licence validée, les lauréats seront nommés fonctionnaires stagiaires pendant 2 ans : ils suivront une formation diplômante (le master MEEF) à l’ENSFEA tout en exerçant partiellement en établissement.

À noter : le CAPLPA externe conserve les mêmes conditions particulières que le CAPLP pour certaines sections.

Pour en savoir plus : https://chlorofil.fr/systeme-educatif-agricole/emplois/ensgt-educ

Professeur dans l’enseignement agricole : disciplines concernées

Le professeur dans l’enseignement agricole délivre des savoirs généraux, technologiques et professionnels à des élèves qui se destinent aux métiers de l’agriculture. Les établissements, de taille modeste, sont souvent pourvus d’un internat.

Théorie et pratique sont toujours complémentaires. L’enseignement agricole couvre tout ce qui touche à la culture du sol (céréales, fleurs, forêts…) et à l’élevage des animaux.

Selon sa spécialité et son établissement, le professeur en lycée agricole peut enseigner les lettres modernes ou les techniques d’aquaculture, les sciences et techniques de la vigne et du vin ou celles de l’élevage, les mathématiques et les sciences physiques ou les sciences et techniques des équipements et l’agro-équipement.

Spécificités de l’enseignement agricole

Un enseignement pratique

Les élèves souhaitent généralement apprendre un métier précis et trouver du travail le plus tôt possible. Les professeurs répondent à leurs attentes par des enseignements pratiques et par une préparation à l’insertion sociale et professionnelle.

Un travail d’équipe

Les enseignants travaillent beaucoup en équipe. Chacun contribue à définir les projets de l’établissement, participe à l’orientation des élèves avec l’ensemble du personnel et prend part à des commissions de suivi des ateliers pédagogiques.

Enfin, les stages en entreprise demandent de nouer des relations étroites avec les professionnels du secteur pour guider au mieux les élèves. Aussi les qualités de communication des enseignants sont déterminantes.

Sensibilité à l’environnement

Les enseignants doivent être sensibles au respect des règles de sécurité des machines utilisées et à la protection de l’environnement.

Enseignement agricole : une pédagogie innovante

La capacité d’innovation de l’enseignement agricole, sa richesse d’invention et d’expérimentation l’ont souvent positionné comme un «laboratoire de recherche avancée».

Les rénovations pédagogiques dont il a été l’objet depuis le début des années 1980, qui ont profondément bouleversé les méthodes et les itinéraires pédagogiques, sont principalement les suivantes :

  • Un diplôme professionnel fondé sur une analyse préalable des métiers auxquels il prépare : les activités professionnelles des métiers visés sont décrites dans leur contexte social, leurs définitions sont établies avec les partenaires professionnels dans le cadre d’une CPC (commission professionnelle consultative).
  • Une organisation modulaire et pluridisciplinaire de la formation, définie en termes d’objectifs et de compétences : à un module correspond un objectif général et une ou plusieurs disciplines qui concourent, par leurs contenus et méthodes, à atteindre cet objectif. L’ensemble des objectifs se planifie dans un itinéraire pédagogique établi par l’équipe pédagogique pour les deux ans du cycle de formation.
  • Une diversification des voies d’accès aux diplômes : voie scolaire, apprentissage, formation professionnelle continue, enseignement à distance, validation des acquis de l’expérience ou candidat libre.
  • La prise en compte du contrôle en cours de formation (CCF) dans la délivrance des diplômes dont le poids peut aller de 1/3 à 1/2.
  • L’existence dans chaque cursus de formation de périodes de stage en entreprise.
  • Une diversification des méthodes pédagogiques : travaux en petits groupes, situations concrètes de formation, travail personnel, soutien aux élèves en difficulté, intégration des stages dans la formation, évaluation formative et plus globalement pédagogie du contrat.
  • Un travail en équipe des formateurs et des équipes responsables et autonomes pour organiser les itinéraires de formation, les activités interdisciplinaires et les stages, adapter la formation aux réalités de l’environnement de l’établissement, se mobiliser sur les objectifs communs de la formation, se concerter avec les professionnels et en particulier les maîtres de stage.

Pour en savoir plus : http://www.concours.agriculture.gouv.fr/

Rendez-vous aussi sur ChloroFil, le site des professionnels de l’enseignement agricole français.

L’enseignement agricole recrute aussi des professeurs contractuels. Découvrez comment postuler.

Suivez toute l’actualité des recrutements des métiers de l’éducation sur la page Facebook de Vocation Enseignant.

Vos commentaires, vos questions, votre témoignage...